Accueil > L’association > Articles de presse > Jean-François Aubert, docteur ès pommes

Jean-François Aubert, docteur ès pommes

lundi 25 janvier 2010


Dans le verger conservatoire, créé près de la maison du peintre Yvonne Jean-Hafen, au port de Dinan, Jean-François Aubert croque dans une pomme : « Elles sont très sucrées cette année ! »

Jean-François Aubert connaît tout des 1 500 variétés de pommes de nos vergers. Avec l’association les Mordus de la pomme, il organise sa fête ce week-end, à Quévert.

Puits de science. Jean-François Aubert, 60 ans, qui travaille aux espaces verts de la ville de Dinan, anime des soirées sur le thème des baies et des fruits de l’automne. Origines, noms latins, traditions, recettes et usages, de la vraie vulgarisation. Et il s’amuse quand on s’étonne devant un tel savoir. « J’ai appris mon métier d’horticulteur à Saint-Germain-en-Laye. À l’époque, on apprenait tout ça. »

Patrimoine. À l’origine de la Fête de la pomme, qui a lieu ce week-end à Quévert, Louis Martin et son conseil municipal : « Quévert ne possédait pas de bâti ancien remarquable, reprend Jean-François Aubert. Sa seule richesse patrimoniale, c’était ses pommiers. C’est comme ça qu’est née l’association et la Fête de la pomme ».

« C’était pour les Bretons ! » Jusqu’à la dernière guerre, les pommes du pays de Dinan étaient transportées vers Saint-Malo par la Rance. Et de là, elles partaient vers Paimpol et le Finistère pour y être vendues. On disait que « c’était pour les Bretons ».

1 500 variétés de pommes. Au fil des ans, 1 500 variétés de pommes ont été retrouvées, répertoriées et sauvegardées. « À Tréméreuc, nous venons de retrouver deux variétés, « sonne sonne » et « belle-fille ». On se renseigne auprès des anciens pour en connaître l’usage : cidre, alcool ou tarte. » Et des greffons iront rejoindre un verger pour sauvegarder ces pommes.

Les vergers conservatoires. Durant ces vingt dernières années, quarante vergers ont été aménagés par l’association en Nord Bretagne, dont une vingtaine autour de Dinan. Le premier a été créé près de l’école de Quévert. On y trouve des pommes « pépins sonnants », qui font du bruit quand on les secoue. Et puis des pommes d’api bien sûr, une variété de pommes rouge vermillon.

La recherche. Le travail des Mordus de la pomme intéresse l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), qui apprécie de retrouver d’anciennes variétés, parfois résistantes aux maladies. « Les pépinières américaines aussi s’intéressent à nos pommes. On se méfie un peu car ce sont des spécialistes pour repérer des variétés intéressantes, changer leur nom et les mettre ensuite sur le marché ! »

Un centre régional. La création d’un Centre d’études et de recherche sur les pommiers est en projet. « Il aurait tout à fait sa place près de la Maison de la Rance. » Une étude est en cours pour sa création, à Dinan, tout près des Mordus de la pomme et des pommiers de la vallée de la Rance.

Ouest-France

Source : www.dinan.maville.com