Accueil > L’association > Articles de presse > La fête de la Pomme, les 6 et 7 novembre, se prépare...

La fête de la Pomme, les 6 et 7 novembre, se prépare...

jeudi 7 octobre 2010

JPEG - 43.3 ko

Réunion de travail mardi soir à la salle des associations pour la fête de la Pomme. Après le succès de la vingt-cinquième édition l’an dernier, la prochaine fête est programmée pour le week-end des 6 et 7 novembre, au coeur de l’automne.

Les Mordus de la Pomme, principaux pilotes de la manifestation, vont commencer le ramassage des fruits sur les vergers conservatoires de la région ou auprès de particuliers qui possèdent des variétés intéressantes. « On commence jeudi pour les pommes à cidre » raconte l’un deux. L’année est plutôt moyenne pour la récolte. La faute à la météo estivale. Principales sources. Mais la fête, en dehors de la vaste exposition « pomologique », c’est aussi toute une série d’animations.

Santé

« Les Mordus » ont choisi comme thème générique la santé. Le dimanche une conférence animée par Karine Boulou diététicienne portera sur ce thème. Une autre conférence aura lieu le samedi sur la culture des arbres fruitiers par Michel Adam pépiniériste à Liffré.

Expositions

Deux expositions phares seront présentées au public : celle de Lucine Jegat sur le thème « Pommes en l’air et pommes de terre » et celle de Denis Le Bourdon qui a réalisé des sculptures à partir de bois ramassés et sculptés par le temps. Ces expositions s’ajouteront à toute la documentation technique mise en évidence sur les panneaux et au stand de l’association des « Mordus ». Autres curiosités : l’atelier de fabrication de jus de pommes et la démonstration de fabrication de paniers avec Michel Le Guilcher.

Variétés

Nombreux sont les visiteurs qui viennent questionner sur les pommes de leur jardin en quête de la variété. « Il faut que les demandeurs viennent avec une fiche qui renseigne sur les fruits apportés et les arbres » souhaite Jean-François Aubert, le président.

Pressoir

Le cidre devrait à nouveau couler à flot lors de sa fabrication. Mais le pressoir traditionnel donne des signes de fatigue. L’association se donne trois ans pour en construire un nouveau, en respectant les plans de l’ancien, avec de beaux pieds de chênes. La tradition sera ainsi sauvée. Déjà cette année, la paille a été récoltée à la main pour que les « galettes » du marc puissent au mieux écouler au mieux le jus de pomme.

Source : Ouest-France