Navigation rapide

Accueil > L’association > Articles de presse > Fruitiers bretons. Un conservatoire en germination

Fruitiers bretons. Un conservatoire en germination

mardi 19 octobre 2010

Fruitiers bretons. Un conservatoire en germination

À l’initiative de l’association des Mordus de la pomme, l’idée d’un conservatoire des fruitiers bretons mûrit lentement. La deuxième phase d’étude devrait se terminer en mars 2011. La Maison de la Rance, à Dinan(22), pourrait accueillir la structure.

À l’initiative de l’association Les Mordus de la Pomme, un projet de conservatoire des fruitiers bretons est en germination, depuis 2007. La première phase de l’étude de faisabilité a été menée en 2009. Permettant d’établir les coûts du projet et ses financements, la deuxième phase d’étude devrait s’achever en mars 2011, à moins de tomber sur un pépin...

Fédérer les vergers bretons

3.800 variétés de pommes et de poires ont été recensées en Bretagne, région qui recèlerait plus de 6.000 variétés anciennes. « Quatre-vingts vergers conservatoires existent déjà dans la région. L’un des objectifs du projet est de les fédérer et de conserver des gènes dont on pourrait avoir besoin plus tard », indique Jean-François Aubert, président de l’association Les Mordus de la Pomme.

Une étude de 22.000 EUR

« Le conservatoire jouerait un rôle majeur dans la sauvegarde du patrimoine pomologique, mais également dans le développement économique, notamment de la filière cidricole », indique Michel Vaspart, maire de Pleudihen-sur-Rance (22). Pilotée par la Codi (communauté de communes de Dinan) et soutenue par le conseil régional et les conseils généraux des Côtes-d’Armor et d’Ille-et-Vilaine, la deuxième phase d’étude est menée par le cabinet Écoumène, pour un montant de 22.000 EUR. « En mars 2011, on devrait pouvoir établir le coût du projet, la clé de répartition, les financements et la gouvernance », note Michel Vaspart. La Maison de la Rance, située au port de Dinan-Lanvallay (22), présenterait des atouts majeurs, en termes de locaux et de terrains disponibles, pour accueillir la future structure du conservatoire régional, qui s’intéresse également aux variétés anciennes de cerises et de châtaignes.

Corentin Le Doujet

Source : www.letelegramme.com