Accueil > L’association > Articles de presse > Les Mordus prêts pour la Foire aux Greffons du 5 février

Les Mordus prêts pour la Foire aux Greffons du 5 février

jeudi 2 février 2012

Les Mordus de la Pomme se sont réunis, jeudi soir, à la salle des fêtes. Cette année, la foire aux Greffons aura lieu le dimanche 5 février.

Ce jour-là, après l’assemblée générale de l’association, les amateurs d’arbres fruitiers pourront venir retirer des greffes. Parmi elles, toutes les variétés de pommes élevées dans les vergers conservatoires gérés par l’association. Cette fête sera aussi l’occasion de découvrir toute la littérature éditée par l’association : fiche de variétés, livres, panneaux explicatifs. Des démonstrations de greffes permettront aux novices d’appendre les rudiments pour expérimenter dans son jardin.

Prévue pour accueillir quelques milliers d’amateurs, la foire aux Greffons succède à la fête de la Pomme du mois de novembre. Pour l’édition 2011, l’association a comptabilisé 2 000 entrées payantes. « Ce sera difficile d’accueillir plus, à moins d’avoir plus d’entrée le samedi après-midi et le dimanche matin », souligne Maryvonne Durand, la secrétaire de l’association.

Un nouveau pressoir

Jean-François Aubert, le président des « Mordus », a déjà annoncé le thème de la prochaine fête de la Pomme. Ce sera le cidre. Pour l’occasion, un nouveau pressoir sera monté. « Cette année on a encore eu de la chance avec l’ancien, mais ça ne peut plus continuer ainsi », constate Charles Macé, chargé de piloter la création du nouveau pressoir. Un beau projet : une de ses connaissances, charpentier de marine, a mobilisé une équipe de jeunes charpentiers, ouvriers compagnons du tour de France, pour dessiner les plans. La réalisation sera confiée à un centre d’insertion. « Nous aurons juste à fournir le bois. » Le pressoir restera à demeure près de la salle omnisports, sous abri.

En attendant la cuvée inaugurale en novembre, les bénévoles ont dégusté le cidre fabriqué lors de la précédente édition. Le jus pressé sur l’ancien pressoir a eu le temps de fermenter cet hiver dans les fûts de chêne du cellier de Charles Macé.

Source : Ouest-France