Accueil > Les savoir-faire > Taille des fruitiers > Formation des pyramides, fuseaux, quenouilles, toupies...

Formation des pyramides, fuseaux, quenouilles, toupies...

dimanche 19 février 2012

La forme la plus utilisée par l’amateur reste la pyramide et ses dérivés ; beaucoup d’arbres fruitiers sont vendus par les pépiniéristes sous forme de quenouille.

JPEG - 1.4 Mo

- Définition :

Pyramide, fuseau, quenouille, sont formés d’un axe central d’où part plusieurs séries d’étages de branches. Pour la pyramide, chaque étage comporte cinq branches ou charpentières. Ces dernières sont obliques et forment avec l’axe central un angle de 45°. Leur longueur décroît régulièrement de la base vers le sommet pour former un cône. Elles ne comportent pas de bifurcation : la lumière peut pénétrer largement jusqu’au cœur de l’arbre.

JPEG - 84.2 ko

La pyramide est la forme la plus sophistiquée. Elle demande beaucoup de soins, de travail. Elle suit une disposition mathématique. Le fuseau et surtout la quenouille sont des formes moins strictes et permettent une meilleure adaptation aux différentes variétés et aux erreurs de conduite de l’arbre par l’amateur.
Le cône est plus étroit chez le fuseau (forme plus adaptée au poirier) et plus large chez la quenouille (pommier).

JPEG - 65.2 ko

- Novembre 2008 :

Plantation d’un scion. N’enterrez pas le bourrelet.

- Mars 2009 :

Taillez le scion à environ 60 cm. Prévoyez 30 cm au-dessus du bourrelet de greffe pour former le petit tronc. Puis 5 yeux ou bourgeons (départ des 5 futures charpentières) plus un œil qui donnera la flèche et 10 cm d’onglet qui servira à palisser cette dernière.

Le sixième œil, celui de la flèche sera choisi de préférence du côté opposé à l’écusson, départ du scion, pour former une alternance
compensatrice des yeux.

JPEG - 185.3 ko

Éborgnez les yeux de l’onglet et les 30 cm de tronc à la base. Souvent les trois premiers yeux se développent très bien et prennent toute la sève au détriment des trois bourgeons sous-jacents qui ne produisent que de petites charpentières.
Vous pourrez l’observer sur les quenouilles vendues dans le commerce. Pour que les trois yeux de la base se développent bien, faites une entaille en accent circonflexe au-dessus de l’œil afin que la sève montante ainsi stoppée irrigue bien l’œil.

- Mai Juin 2009 :

Veillez au développement harmonieux des cinq charpentières. Si celles du sommet se développent de trop, pincez l’extrémité du prolongement : coupez la pousse herbacée sur 4 à 5 cm entre le pouce et l’index. Le bourgeon terminal supprimé, l’appel de sève dans cette charpentière sera moindre et son développement retardé.

Palissez la flèche sur l’onglet, elle sera bien verticale et elle ne cassera pas lors d’un coup de vent.
Surveillez les attaques des "Coupe-Bourgeon", petits coléoptères qui sectionnent la pousse herbacée et déséquilibre l’arbre. Traiter préventivement avec un insecticide.

Si l’éborgnage de l’onglet et des 30 cm de tronc a été mal fait en mars, supprimer maintenant les jeunes pousses qui se sont développées, on parle d’ébourgeonnement.

JPEG - 213 ko

- Juillet Août 2009 :

Palissez à l’oblique (45°) les charpentières et disposez les régulièrement dans toutes les directions. Autrefois elles étaient, pour la pyramide, palissées sur une armature. Vous pouvez plus simplement utiliser des ficelles attachées à des piquets ou suspendre des petits poids ou bien utiliser des étriers pour écarter les charpentières si l’axe est assez vigoureux.

Si certaines charpentières sont trop vigoureuses, donnez leur un angle plus ouvert. Plus la branche est à l’horizontale moins l’appel de sève sera fort et moins la branche poussera. Au contraire, si votre charpentière est peu vigoureuse, laissez la verticale, elle se renforcera. Vous la palisserez pendant l’hiver.

Les charpentières à 45° permettent une meilleure répartition de la sève sur toute la longueur de la branche. Cela favorise le coursonnage : formation de rameaux fructifères. L’appel de sève dans une branche à 45° sera moins important que dans une branche verticale. Suivant la vigueur de la charpentière, l’angle sera plus ou moins ouvert. Celles du sommet (notées 4 et 5 sur le schéma) plus vigoureuses auront un angle plus ouvert pour diminuer l’arrivée de sève. À l’inverse les numéros 1 et 2 devront avoir un angle plus fermé pour augmenter l’arrivée de sève.


- Mars 2010 : 1ère Taille

Taille du prolongement de la flèche

Mesurez 40 cm à partir du 1er étage, comptez ensuite 5 yeux pour les charpentières du deuxième étage plus un œil pour la flèche et 10 cm pour l’onglet. L’œil de la flèche sera choisi du côté opposé à celui du 1er étage (alternance compensatrice).

Supprimez l’onglet du premier étage. Faites une entaille au-dessus des yeux inférieurs pour les renforcer. Éborgnez soigneusement les 40 cm et le nouvel onglet.

JPEG - 142.4 ko

Taille des prolongements des charpentières du 1er étage

Gardez un tiers ou la moitié de la pousse de l’année suivant la vigueur de celle ci. Une taille trop longue diluera la sève au détriment des yeux de la base qui resteront endormis. Ils ne se transformeront pas en coursonne et votre charpentière aura un vide, un manque de
production. Une taille trop courte apportera toute la sève dans les quelques yeux restants et plusieurs, trop bien alimentés, produiront des gourmands au lieu de coursonnes.

La taille se pratique sur un œil extérieur ou en dessous. Vous pouvez, comme pour la flèche, laisser un onglet soigneusement éborgné sur lequel vous palisserez le prolongement de votre charpentière en juin-juillet.

Les charpentières du 1er étage doivent être bien établies avant d’envisager un deuxième étage. Dans le cas contraire, effectuez une taille de renforcement : la flèche est taillée courte (laissez un œil) et les charpentières à 10 cm.

- Mai Juin 2010 : Veillez au développement harmonieux des charpentières en effectuant des pincements ou en jouant sur l’inclinaison de la branche.
Palissez les prolongements de la flèche et des charpentières.
Surveillez les "coupe-bourgeon".
Ébourgeonnez l’axe et les onglets. Sur les charpentières du premier étage, pincez les bourgeons qui se développent trop et donnent des gourmands au lieu de coursonnes.

JPEG - 138.8 ko

- Juillet Aout 2010 : Palissez à 45° toutes les charpentières du 1er et du 2ème étage suivant la vigueur. Effectuez au besoin un deuxième pincement sur les coursonnes des charpentières du 1er étage.

Les années suivantes vous pouvez répéter les même opérations.


Notes :

Faites grandir votre arbre avec une sage lenteur, 30 à 40 cm d’allongement pour les charpentières par an. Formez un nouvel étage lorsque le précédent est bien établi.

La formation des étages de la quenouille, et même du fuseau, est moins stricte que la pyramide expliquée ci-dessus. Vous laissez une charpentière pour 10 cm d’axe. Choisissez-la bien pour que tout le volume soit occupé au mieux.

Conservez un bon équilibre et un développement harmonieux entre les charpentières et la flèche.
Ces formes peuvent s’agrandir et suivre la vigueur du végétal.

Nos quenouilles ont souvent trop de charpentières ou bien des charpentières qui bifurquent, le centre de l’arbre manque alors de lumière et d’air, les coursonnes dépérissent.

Plantez vos quenouilles à 4m de distance et les fuseaux de 2,5 à 3m de distance en tous sens.

JFA