Navigation rapide

Accueil > L’association > Articles de presse > Les frelons asiatiques... aux portes de la ville !

Les frelons asiatiques... aux portes de la ville !

jeudi 11 octobre 2012

Deux nids de frelons asiatiques ont été découverts et détruits. Auparavant, Charles Basset, apiculteur à Quévert, a indiqué aux employés de la ville les précautions à prendre.

JPEG - 77.3 ko

Lundi matin, à Dinan, une équipe du service des Espaces verts de la ville est à l’ouvrage à deux pas de la résidence du Connétable. Deux employés taillent une haie sans se douter que les arbustes abritent un nid de frelons. Le premier est attaqué par plusieurs insectes et s’en sort en prenant ses jambes à son coup. Mais le second se fait piquer. Il en sera quitte pour une injection d’antiallergique, chez le médecin.

« Plus de peur que de mal cette fois-là, fort heureusement, raconte Hubert Ménard, le directeur du service, arrivé sur place. On s’est rendu compte, alors, qu’on a affaire là à des frelons asiatiques, une nouvelle espèce plus agressive que le frelon jaune de nos contrées ». Ce que va confirmer Karine Richard, de la Fecodec (fédération départementale contre les ennemis de cultures), appelée à la rescousse. C’est la première fois que la présence de « vespa velutina negrithorax », est officiellement reconnue à Dinan.

Un autre près du viaduc

« On a fait appel à une société spécialisée pour anéantir ces frelons. » Car, dans le même temps, un autre nid a été signalé par un particulier, à côté des jardins ouvriers du viaduc. « Celui-là était dans un arbre à dix mètres de hauteur, reprend Hubert Ménard. Il mesurait près d’un mètre de diamètre, impressionnant. Le technicien, habillé d’une grosse combinaison étanche, a été attaqué par une nuée de frelons dès qu’il a approché l’échelle. »

« Je savais qu’il y en avait à Dinan, explique de son côté Charles Basset, apiculteur à Quévert et formateur au rucher-école de la Maison de la Rance. J’avais trouvé un tel frelon dans un piège, chez moi, en mars dernier. Et, au début du mois de septembre, j’en ai repéré plusieurs devant une ruche, rue Beaumanoir. »

Un véritable danger pour les ruches, car l’abeille est la proie favorite du frelon asiatique. « Il se poste aux alentours des ruches, attrape les abeilles, les tue et les dévore... » Une ruche peut ainsi être rapidement décimée.

La consigne : rester à distance !

JPEG - 37.3 ko

Les deux nids découverts à Dinan ont été aspergés d’un puissant insecticide. Avant d’être brûlé, l’un d’eux a été transporté aux services techniques de la ville où Charles Basset est venu hier donner quelques explications à l’ensemble des employés.

« Un tel nid pèse dix kilos et renferme cinq mille insectes, leur a-t-il indiqué. Le frelon asiatique n’est agressif qu’aux abords de son nid. La consigne est donc de rester à distance et de prévenir les services vétérinaires. »

Certains nids sont situés très haut dans les arbres et ne sont donc découverts qu’à l’automne. « Et on a remarqué que ces insectes se plaisent bien près des villes. »

Source : Ouest-France