Navigation rapide

Accueil > L’association > Articles de presse > Une année amère pour les pommes à cidre

Une année amère pour les pommes à cidre

samedi 15 octobre 2016

Une année amère pour les pommes à cidre

C’est dans les vergers de Jacques Baux, à Trélat, que le constat a été fait : 2016 sera une année de faible récolte de pommes à cidre avec des pommes plus petites.


Dominique Biche, technicien arboricole à la Chambre d’agriculture et Jacques Baux de Trélat, l’un des plus grands producteurs de pommes à cidre en Bretagne ont fait le constat : on va manquer de pommes à cidre cette année.

Un signe. La récolte de pommes à cidre vient tout juste de commencer depuis 15 jours. En Bretagne, l’estimation est de 45.000 tonnes soit un peu moins que la récolte de 2014 de 45.892 tonnes et bien moins que la récolte 2015 de 56.962 tonnes. La production du verger haute tige est estimée du même niveau que les faibles productions des récoltes 2014 et 2012.
La sécheresse en cause

« La Bretagne a subi un effet de sécheresse en raison des très faibles précipitations de juillet à septembre ; le grossissement des pommes fut très limité et les variétés à récolte précoce et à récolte de demi-saison sont largement plus petites qu’en année normale. On s’attend à une baisse de 20 % du poids final moyen des pommes par rapport au poids théorique du fruit », explique Dominique Biche, technicien arboricole à la Chambre d’agriculture des Côtes d’Armor et conseiller en vergers cidricoles qui suit les arbres de Jacques Baux à Trélat, l’un des plus grands producteurs de Bretagne.
Une récolte plus tardive

« Les chantiers de récoltes sont prêts à fonctionner mais peu de pommes sont à récolter actuellement. La chute des pommes précoces est actuellement très lente : les quantités de pommes livrées par semaine sont beaucoup plus faibles que prévues » continue Dominique Biche.

Cidriers recherchent pommes

Certains cidriers recherchent des pommes. « Si vous disposez de variétés de pommes à cidre et que vous souhaitez les vendre, contactez Dominique Biche à la Chambre d’Agriculture au 06 70 16 39 39 ou dominique.biche@cotes-d-armor.chambagri.fr. L’objectif est d’éviter de perdre des pommes alors que les cidriers en ont besoin ; nous renouvelons la même opération qu’en 2014 ou 300 tonnes ont trouvé preneurs » lance le technicien arboricole.

Source Serge MINOC (CLP)
Le Petit Bleu