Accueil > Fête de la Pomme et du Patrimoine Fruitier > Articles de presse > Revue Presse 34ème Fête

Revue Presse 34ème Fête

mardi 6 novembre 2018

06/11/18 Plus de sept cents entrées à la Fête de la pomme
Le pommé, réalisé à partie de pommes cuites pendant 24 heures dans une bassine en cuivre a été dévalisé.

Cette année encore, des variétés ont été identifiées. Les différents stands ont eu de nombreux visiteurs. Le pommé a connu un beau succès, lors de cette nouvelle édition de la Fête de la pomme et du patrimoine fruitier .

Au stand de l’identification des variétés de pomme, chaque année, les questions sont immuables.

Des belles pommes exposées.

Samedi et dimanche, les Mordus de la pomme ont été à l’écoute de tous ceux qui ne savent pas ou ont oublié le nom des variétés de pommes de leur jardin ou verger, venus à la Fête de la pomme et du patrimoine fruitier dans le but de connaître enfin la chose.

Des variétés de pomme au nom drôle.


« Là, il n’y a même pas besoin de goûter,
lance Joël Daunay, l’un des spécialistes. C’est un Cox’S orange. Celle-ci, c’est une Reinette blanche du Canada. Ces deux espèces sont bonnes jusqu’en décembre-janvier et c’est maintenant qu’il faut les manger. Elles sont très bonnes mais donnent à la même saison. »

Sur renseigner sur les variétés de pommes a été l’une des occupations de Mordus ce week-end.

Dans ce jardin de Sévignac, les deux variétés se font un peu concurrence. « Si vous voulez manger des pommes toute l’année, il faut planter des variétés plus précoces et plus tardives, conseille l’ami Joël. Pour l’été, je conseille Rambourg d’été, bonne au mois d’août et pour l’hiver, la belle de Boscop qui se conserve bien. »

Démonstration de greffage très discutée. La foire aux greffons aura lieu en février.

Une mine de renseignements

Les variétés rustiques du pays ont la cote à la Fête de la pomme. C’est la raison pour laquelle on vient de toute la Bretagne pour se renseigner.

Presser les pommes pour faire du cidre a été une attraction phare de dimanche.

Plus de sept cents entrées sont été comptabilisées en fin de journée. Parfois même d’ailleurs, comme ces visiteurs du secteur d’Ernée, en Mayenne, venus à Quévert pour la première fois. « Chez nous, on organise un concours départemental ou chacun vient avec trois variétés à présenter et à reconnaître. Mais ce n’est pas tous les ans comme ici. »

La fabrication du cidre sur le pressoir a été une attraction phare du week-end.
La fabrication du cidre sur le pressoir a été une attraction phare du week-end.

Pendant que l’on se renseignait sur les différentes pommes, d’autres animations du week-end ont eu leur part de succès : fabrication du cidre, stand du greffage, exposition sur la vigne et stand du pommé, cette préparation faite à base de pommes cuites toute la nuit. « Tout a été vendu en un rien de temps. » C’était autrefois la confiserie du pauvre, aujourd’hui au goût du jour, dont ont dit qu’elle est excellente avec du foie gras.

05/11/18 Fête de la pomme. Les produits élaborés plébiscités
Les pommes séchées, à déguster en apéritif, ont fait un tabac.

Dans une ambiance un peu triste, la 34e Fête de la pomme et du patrimoine fruitier s’est achevée dimanche soir, sur un bilan mitigé (Lire aussi Le Télégramme de lundi, en pages Dinan ville). 500 visiteurs samedi, un peu moins de 1 000 dimanche, une restauration morose, avec 60 couverts samedi et 100 dimanche, et un moindre attrait pour les exposants possibles… Ce cru ne semble pas taillé pour rester dans les annales.

Toutefois, le public a exprimé des choix pour les produits dérivés de la pomme et des autres fruits, comme l’indiquait le président, Christian Marcadé : « Il a adoré les dégustations de cidres artisanaux, il s’est arraché les compotées, en particulier de poires (poires caramel beurre salé et poires chocolat), il a raflé en moins d’une heure la centaine de pots de pommé tout juste cuit, et enfin, il a protesté quand après avoir goûté les pommes séchées, il a compris qu’il n’y avait pas de vente sur place. »

La pomme… en produit fini

Des mélanges bluffants ont été réalisés sur le stand des jus de pomme mono variété, où des assemblages de jus acidulés et de jus verts ont été effectués. Breizh café avait apporté des échantillons de jus mono variété et a démontré que des résultats exceptionnels pouvaient être obtenus. Le concours de cidres amateurs a permis de distinguer des échantillons de Sens-de-Bretagne, Plougastel-Daoulas et Evran. Enfin, les pâtissiers et traiteurs ont proposé 25 gâteaux à base de pommes. Une tendance forte s’est donc dégagée avec cette édition : de la pomme oui, mais à condition de la travailler en produit fini.

04/11/18 Fête de la pomme. Le Rhum a fait de l’ombre
D’après les premières estimations, 1 000 visiteurs se sont rendus à la Fête de la pomme, soit 300 de moins que l’année dernière. (Pierre Lemerle)

Producteurs de pommes, tissage à l’ancienne… La 34e édition de la fête de la pomme se tenait ce week-end à Quévert. Retour sur une édition qui a souffert de la concurrence avec la Route du Rhum.

De « l’ambiance » mais une fréquentation en baisse. Après une 33e édition sous la pluie, les organisateurs de la Fête de la pomme attendaient les curieux avec espoir, ce dimanche. Ils espéraient doubler le chiffre du samedi (500 entrées payantes) tout en craignant, « la concurrence de la Route du Rhum », pour reprendre Christian Marcadé, président de l’association Les mordus de la pomme.

Pour attirer le public, le président a voulu mettre le point sur les nouveautés : la présence de l’association les glaneurs, collectant des fruits pour des associations humanitaires ; la vente de compotier ; l’installation d’une presse mobile pour faire du cidre ou encore, un stand consacré à un producteur travaillant avec des outils à l’ancienne et… des ânes. « Dans les tranchées, ces derniers étaient capables de faire le travail de sept poilus », commente ce viticulteur passionné, venu du sud Sarthe, rentrant dans le thème de cette nouvelle fête « La vigne ». Ses bêtes lui permettent de récolter ses vignes sur des pentes de près de 10 %.

300 entrées de moins

Avec quelques exposants finistériens, il fait partie de ceux ayant parcouru le plus de chemin pour venir. « Le but est toujours de rester local », commente le président. Une réalité qui n’empêche pas des expériences étrangères. Les concours boulangerie-pâtisserie et restauration accueillaient, notamment, un chef hôtellerie ayant travaillé au Carlton, à New York.

« Ces trophées vont permettre de promouvoir le travail des artisans », appuie Gérard Blandin, à la tête du jury. 24 compétiteurs étaient en lices pour deux concours.

Des atouts qui n’ont pas suffi pour faire face aux événements concurrents du week-end. En 2017, plus de 1 300 personnes s’étaient rendues à Quévert sur les deux jours. Cette année, ils étaient autour de 1000, selon les premières estimations avant la fin des festivités.

La vigne était à l’honneur de cette 34 édition de la Fête de la pomme. (Pierre Lemerle)
Près de 600 variétés de pommes à couteau et à cidre étaient présentes lors de l’événement de Quévert. (Pierre Lemerle)
L’âne, servant aux récoltes dans les vignes, était à l’honneur lors de cette 34 édition de la Fête de la pomme. (Pierre Lemerle)